🌞 - Bonjour !

Changement de  » siècle « 

This post is also available in: frFrançais

A Little Market ferme.

Ce n’est pas bien pour moi d’être éparpillée de partout que ce soit en mails, blogs et forums.

J’ai beaucoup écrit de la cryptozoologie depuis que j’ai arrêté de jouer à Fairy Tail Game. Je ne pense pas revenir dans le monde des jeux vidéos. J’y ai passé 2ans, c’est trop brutal mais ça m’a ouvert les yeux sur tous les aspects de la société: rapports humains, rapports commerciaux, et même si cela m’a fait comprendre que certes on vit dans un monde perverti par l’argent, mais même si l’argent permet de faire des activités avec ses amis, il ne permet pas de se faire des amis (ni de les  » acheter  » en amitié), l’argent n’est que une condition pour avoir des amis, et plus on a d’argent plus on a des amis par intérêt mais qui restent eux-mêmes, qui restent leur quête dans la vie. Et en dehors de l’Europe, tout le monde a moins d’argent, et c’est ceux qui en ont le plus qui regardent notre argent comme meilleur que le leurs. Donc que des erreurs. Mais en dehors des erreurs, beaucoup de gens bien qui ont du mal à trouver d’autres gens bien.

Je  n’ai pas écrit de géologie, mais ça viendra un jour.

Ce site web a besoin d’être refait en images. Mais tout cela plus tard car j’aurai besoin d’un bureau pour travailler sérieusement le côté personnel de l’ordinateur et de ma présence sur le web.

Le  » moi  » ce n’est pas qu’il s’est perdu mais qu’il n’avait pas de raison d’exister depuis longtemps, car j’ai trop souvent été habituée à moi = ce que j’étudie, j’écris et je révise dernièrement.

L’écriture = ce qui me définit le plus, et pourtant j’efface trop, j’ai peur de montrer, je n’ose pas, je me dis que c’est pas top, je me dévalorise, je reconnais mes points faibles, je sais que je parler que pour remplir un espace écrit et même que je parle trop en écrivant des choses dont je n’ai pas la capacité de juger le degré de fausseté, que j’ai peur de heurté la sensibilité surtout quand c’est neutre…

La parole = ce qui me définit le moins, le droit de parler à l’école ne m’a jamais été donné ou très rarement. Je suis blessée quand on me parle, je suis incapable de répondre, de me justifier, et je vois que le monde est méchant et la plupart des fois ne me parle que pour me dénoncer dans leur imaginaire ou me dire que je ne suis pas comme eux, mais qui voudrait l’être ?

Là, assise par terre j’écris, je blog. Je suis revenue à la terre. Je dors aussi par terre. On est au 6ème étage mais la terre ma manquée. La terre celle qui nous donne de l’énergie pour vivre, celle qui n’est pas déesse, celle qui est un support pour nos pieds.

Les rêves je n’en fais plus. J’attends, tout a changé. L’angoisse du lendemain.

Les rapports sociaux quasi-inexistants. Et la liberté d’écrire, mais quand même limitée à ici est là puisque je ne représente personne, et de toutes les manières qui voudrait représenter la pensée de l’école après l’école ? Je veux découvrir et défaire tout ce qu’on m’a appris. Je veux voir un monde où je puisse rêver mais qui ne soit ni celui trop beau et idéal des livres, ni celui trop moche et trop négatif des gens qui parlent. Le monde de l’écrit brille trop et celui de l’oral est trop tâché de goudron. Aucun n’est véritable. Aucun ne m’attire. Je ne crois en aucun.

L’identité, une quête forcée par les autres, et dont j’aurai voulu répondre: je m’en fous, c’est pas mon problème, c’est pas ma vie. Tout ce qui est représenter les autres, la société modèle, j’aime pas. Des idées dont 1) je n’adhère pas 2) je ne veux pas les voir 3) je m’en fiche totalement 4) j’ai autre chose à faire de ma petite vie qui m’excitera plus que ce qui vous excite.

Si je suis française ? J’ai quittée toutes mes amies racistes qui répondraient: – oui, certainement. Et les autres racistes inconnus qui restent me diraient: non, tu mens. Ce n’est pas un but dans ma vie, alors ça dépend du contexte littéraire, c’est quand j’ai envie de plaire aux français que je suis française, quand je n’ai pas envie, je ne le suis pas.

Si je suis brésilienne ? Dans tous les pays on vient toujours du pays ennemi qui est soit le Brésil, soit la France, soit un pays qu’on choisit pour nous sans notre vie et qu’on nous impose. Alors je m’en fous aussi, sauf côté curiosité: la langue brésilienne, je la transmettrais à mes enfants si j’en ai et je ne sortirai que avec quelqu’un qui souhaite l’apprendre, même si niveau culture du brésil moi c’est 0 parce que je m’en fous autant de la culture française que de la culture brésilienne. Entre un pays qui ment sur sa diversité culturelle et qui n’accepte pas de dire les pourcentages et qui réduit le nombre de religions légales, et un autre qui exagère trop en disant que c’est lui qui a le plus d’églises et le plus de communautés et le plus de religions différentes légales. Je pense que les religions je m’en tape totalement sauf pour la curiosité et à condition qu’on respecte les animaux car je suis végétarienne, moi.

Les végétariens je m’en fous aussi. Sauf pour dire: ils vont envahir le monde et tous vous remplacer, hahaha. Et après vous me croyez et puis voilà, vous devenez un autre débile parmi les aspirants au statut de politicien dictateur.

Le travail. Bon on n’a pas le droit d’insulter sur internet. Mais les millions d’entreprises qui m’ont répondu NON ou qui m’ont ignorée ces 11 dernières années je vous dis: allez vous faire @T²% !!! Parce qu’après j’en ai ras-le-bol qu’on m’accuse de ne pas chercher du travail, même gentiment. Je pourrai vous le dire une par une, peut-être que je vous ferai des insultes personnelles appropriées quand je deviendrai pauvre, on verra.

La distraction. J’essaye, mais je n’y arrive pas, j’ai des tonnes de choses à faire pour me distraire mais pour moi soit c’est du travail inutile, soit je me dis que j’aurai préféré avoir un travail que me distraire… alors le moral c’est pas le top, mais je peux être heureuse quand même car je ne me plains pas de ma  » bonne  » vie.

Après je ne sais pas de quoi parler. Internet ça plombe tout le temps. C’est une perte de temps de s’y consacrer, on ne devient pas célèbre avec à moins d’emmerder des millions de gens avec en payant des gens qu’on ne connaît pas pour le faire à notre place.

Le commerce, la fin du monde cultivé.

L’anti-commerce, l’inexistence du profit de la vie.

Les racistes ? Ils ne sont que utiles pour combattre les autres racistes qui sont contre eux. En dehors du racisme, les violents du verbe, et les professeurs du mot, c’est la même chose. Mais la parole c’est pas mon truc. Allez tous en enfer ! Je vous laisse la parole, je m’en fous de qui a dit quoi, je m’en fous de qui a la raison ultime sur le monde. Je ne veux pas contrôler le monde. Limite je peux le détruire avec mes pouvoirs magiques, mais je ne ferai pas une guerre verbale pour vous porter malheur.

La solution: faut faire son nid d’écriture dans un coin où on est accepté ou écrire pour soi-même et interdire les commentaires.

L’écriture ? Ma seule religion, mais je suis contre la cacher. Même si je change tout le temps d’idée et d’envie de partage. Par contre je suis triste et déçue que l’organisation sociale en France vise à cacher l’écriture de chacun et pas à la publier, et pas à la rendre re-copiable mais avec la signature du créateur premier, avec les droits d’auteur. Et je suis triste que ce système plaise à beaucoup de faux-écrivains: moi je suis là pour donner et signer.

Bye,

Françoise Del Socorro

FacebookPinterestGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit + huit =